Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

P.H Gouyon : la théorie de l'évolution et la génétique humaine

Publié le par François MOAL

À travers ses activités, l'Espace des sciences du Pays de Morlaix propose un accès simple aux sciences et techniques permettant aux fâchés de se réconcilier et aux amateurs de diversifier leurs connaissances. Dans ce nouveau cycle sont représentés les grands enjeux de ce siècle : la recherche agronomique pour faire face aux futurs défis alimentaires, la préservation de la biodiversité et de nos ressources naturelles, l'élaboration d'habitat écologique.

C’est ainsi que vendredi 19 septembre Pierre Henri GOUYON est venu nous parler de la théorie de l’évolution et la génétique humaine.Pierre-Henri Gouyon est professeur au Muséum national d'histoire naturelle de Paris, à l'Institut national agronomique de Paris-Grignon et à l'École polytechnique de Paris. Il est l'auteur des livres Les Avatars des gènes (Belin, Paris), Les harmonies de la nature à l'épreuve de la biologie (INRA, Paris) et Précis de génétique des populations.

La théorie de l'évolution, émise par Charles Darwin il y a 150 ans, tient-elle encore la route aujourd'hui ? Qu'est-elle devenue et quels en sont les derniers développements ? Quelles sont les conséquences sociales de cette théorie ? Et que penser des adeptes de mouvements religieux pour qui la complexité des lois du vivant est telle que l'évolution ne peut être l'œuvre que d'une intelligence supérieure ?

Voir les commentaires

Jachère fleurie

Publié le par François MOAL

A l’entrée de Roscoff cette jachère fleurie est du plus bel effet. Cet îlot de couleurs composé de fleurs annuelles est colonisé par de nombreux insectes et invertébrés : coccinelles, papillons, coléoptères...Ces insectes trouvent là beaucoup d'éléments favorables à leur développement : pollen, nectar, eau à l'aisselle des feuilles et des tiges, humidité, et un couvert pour les abriter. Nombre d'invertébrés ou de vertébrés insectivores vont se nourrir des insectes présents et ainsi enrichir encore ce petit écosystème qui ne sera pas perturbé par l'homme tout au long de la saison .Aucun produit chimique n'étant utilisé une fois les graines semées, la faune sauvage au sens large peut donc y prospérer paisiblement. En fin de saison, avant l'apparition des frimas de l'hiver, la faune va pouvoir profiter des fruits arrivés à maturité, des graines tombées par terre ou encore des racines charnues de certaines plantes. 

PREMIER PAS VERS L'AGENDA 21 LOCAL ?                                           

Voir les commentaires

village de Meneham en pays pagan

Publié le par François MOAL

Dimanche 15 septembre belle journée d’été et c’est l’occasion de découvrir Meneham, ce village de pêcheurs, chargé d’histoire, situé dans un site grandiose en pays pagan

Le Pays pagan est une bande de terre s'étendant sur la côte nord du Finistère dans le Léon, s’étirant de Guissény jusqu’à Kerlouan.                                   

Il est surtout connu pour son littoral déchiqueté et pour ses écueils rocheux à l'origine de nombreux naufrages et de la mauvaise réputation de ses habitants qui, très pauvres, sont accusés d'entraîner les navires sur les rochers pour piller leurs épaves.

 


L’authentique village de Ménéham conservé en l’état depuis le XIXe siècle est installé sur une pointe rocheuse qui le protège de la mer et des vents d’ouest.

 


Le poste de guet fut construit fin XVIIe siècle lors de la mise en place du système de défense côtière sous Vauban.

Le village abrita au XVIIe siècle l’armée, les douaniers de 1817 à 1835, par la suite les logements furent loués à des paysans, pêcheurs, goémoniers jusqu’en 1978.

Les fours à goémon sont des fossés creusés dans le sol. De 5 à 10 de mètres de long , les parois et le fond sont tapissés de pierres plates assemblées avec de la glaise. Ces fours étaient divisés en compartiments dans lesquels on brûlait le goémon sec. Après le brûlage, chaque compartiment recueillait un bloc de soude d'environ 50 kilos, et la soude récoltée était vendue aux usines de produits chimiques. Il fallait environ 1 tonne de goémon vert pour obtenir un bloc de 50kg de soude dont l'usine extrayait au mieux 1kg d'iode. (Wikipédia)


Le site fut classé patrimoine national en 1975, les travaux de réhabilitation ont démarré en 2004


Voir les commentaires

Le ROUNDUP est toxique

Publié le par François MOAL

Le Roundup est le nom d'un herbicide produit par la compagnie Monsanto. La molécule active mentionnée sur le produit est le glyphosate. C'est un herbicide non-sélectif d'où le qualificatif d’« herbicide total », utilisé en épandage notamment. C'est un produit irritant et toxique, commercialisé depuis 1975.
Regardons l'interviw de Robert Bellé professeur à l'université de Roscoff interviwé au sujet du roundup.

Voir les commentaires