Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un bon point pour la municipalité de Roscoff

Publié le par François MOAL

desherbage-manuel.jpg

C’est avec plaisir que j’ai constaté que les services communaux ont opté pour le déserbage manuel.  

Certains désherbants à base de glyphosate sont prétendus “biodégradables”. La molécule mère, le glyphosate est effectivement “biodégradée”… comme n’importe quelle autre matière active ! Ce qui est important, c’est le temps qu’elle met à se dégrader. À en voir les résultats du suivi de la qualité de l’eau sur les bassins versants, son temps de dégradation est trop long (même si le pouvoir désherbant s’estompe rapidement après application). De plus, le glyphosate se dégrade en une autre molécule, l’AMPA, qui pose également des problèmes de potabilisation. Donc, pas si “biodégradable” que ça notre fameux désherbant star de la publicité…

De plus, de récents travaux mettent en avant les risques de ce type de produits : en effet, les scientifiques de la station biologique de Roscoff (CNRS) ont montré que l’exposition aux pesticides à base de glyphosate provoque des anomalies sur le fonctionnement du cycle cellulaire. Or, “À l’origine d’un cancer, il y a toujours le dysfonctionnement d’une cellule”, précisent les chercheurs. “C’est vraiment au moment de la vaporisation que les précautions doivent être prises, non seulement pour l’utilisateur, mais dans tout son voisinage car les microgouttelettes contiennent des concentrations TRÈS au-dessus des concentrations à risques et elles peuvent voyager très loin du lieu de vaporisation…”, ajoute le Professeur Bellé.

Toujours bon à savoir avant de prendre son pulvérisateur…

(info : je jardine l’environnement ) La mouette...

Commenter cet article