Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les hirondelles

Publié le par François MOAL


C’est dans une vieille grange que notre couple d’hirondelles a choisi de bâtir son nid.

Le nid a la forme d'une moitié de coupe d'environ vingt-deux centimètres de diamètre et onze centimètres de profondeur. Il est construit par les deux parents avec des brindilles sèches cimentées par de la boue.

Pour ce faire, l'hirondelle récupère de la boue dans des flaques d'eau, puis la malaxe pour lui donner la forme de petites boules qu'elle vient ajouter à la construction. Pour ajouter à la solidité, l'hirondelle ajoute à ce torchis de la paille, des brins d'herbes, des crins d'animaux et à l'occasion des plumes de poules.

Lorsque le temps est beau et que la sécheresse n'est pas trop grande, huit jours suffisent pour achever cet ouvrage. Les hirondelles cherchent en priorité à conforter un nid existant, d'où une concurrence en début de nidification pour récupérer les meilleurs nids. Les moineaux cherchent à s'approprier le nid des hirondelles, soit avant le retour de celles-ci, soit en expulsant leurs occupants. Une fois terminé, le nid est garni de plumes, le duvet des poules étant le plus recherché. D'autres crins ou soies peuvent être ajoutés, ce qui donne à l'intérieur du nid un aspect douillet.

L'analyse d'un nid a révélé une quantité de 212 grammes de terre séchée liée par 2 224 radicelles. Des brins d'herbes avaient été utilisés et plus de 1 100 voyages furent nécessaires. (La hulotte n°60 p12-17)

 


Nichée d'hirondelles
envoyé par Fanch-Rosko

Les premières pontes ont lieu de fin avril à juin. Dans nos régions, elles peuvent être suivies d'une deuxième ponte, ce qui est le cas ici. La femelle pond donc de 3 à 6 oeufs qu'elle va couver durant 14 à 15 jours. Les deux parents chassent en vol des insectes qu'ils agglutinent dans leur bec avant de les livrer à leur progéniture. Une becquée peut-être composée d'une vingtaine d'insectes  de tous types (fourmis volantes, tipules, syrphes, mouche, libellules, etc...) Les allées et venus des parents peuvent se répéter près de 400 fois par jour. Dès que les petits sont autonomes, les hirondelles se mettent à préparer la migration suivante en accumulant les réserves de graisse nécessaires. Mais avant d'être autonome, chaque oisillon semble se résumer à un bec tant celui-ci est ouvert. Il attend que ses parents lui apportent une pleine becquée d'insectes. Pour trouver toute cette nourriture, les parents parcourent en moyenne 300 km par jour; et ce, durant trois semaines. Ses effectifs connaissent une très forte régression depuis les années 1970 environ. Cette régression pourrait s'expliquer par la raréfaction de sa nourriture unique, les insectes volants, due à l’emploi des pesticides (mais il est curieux de constater que des villes qui se ressemblent en ont pour certaines conservé des populations importantes alors que d'autres ont perdu leurs hirondelles). La présence de nombreux espaces boisés et d'eau dans les villes semblent des facteurs favorables.


Commenter cet article

jean-marc 25/08/2008 22:15

affamés ces petits, où est maman ?