Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Laboratoire de biologie marine de Roscoff

Publié le par François MOAL

L'algue va-t-elle remplacer les pesticides ?

Ce matin j'écoutais distraitement la radio (france inter pour ne rien vous cacher), quand j'entendis parler de Roscoff, comme le contenu me paraissait intéressant j'ai augmenté le volume et j'ai écouté plus attentivement. Il s'agissait dune émission animée par Denis Cheissoux (dont j'apprécie particulièrement l'émission consacrée à l'environnement le samedi après midi de 14 à 15h).Cette émission que j'écoutais ce matin entre 11h et 12h présentait une interview de P. Potin chercheur au laboratoire de biologie marine.
Je vais essayer de vous faire partager ce moment.
Philippe Potin nous parle de son travail de chercheur sur les algues brunes " Nous essayons de comprendre comment les algues vivent et s'adaptent à leur environnement très particulier de l'eau de mer, tantôt à sec par marée basse et immergées par marée haute. Les algues ont besoin de croître et de s'adapter à leur environnement en fabriquant des composants chimiques...de se défendre contre d'éventuelles maladies. Ces algues multicellulaires ont bénéficié du séquencement du génome, elles ont su évoluer de manière indépendante depuis plus d'un milliard d'années...elles présentent des adaptations très conservées au cours des années et c'est à travers les gènes qu'on a pu découvrir les mécanismes.
C'est en comprenant l'évolution moléculaire de ces organismes qu'on est à même de comprendre l'évolution de la vie sur terre.
Ces algues sont utilisées depuis longtemps en agriculture comme amendement du sol...en 1970 on a pulvérisé des extraits d'algues liquides sur le blé et on a pu observer un effet bénéfique sur la croissance de celui-ci...à partir de là on a pu identifier la molécule impliquée dans l'assimilation de défense naturelle des plantes.
Cette molécule issue d'une grande algue brune a été homologuée comme un nouveau produit pour la protection des cultures et peut présenter une alternative aux pesticides...le produit ne tue pas l'agent qui cause la maladie, mais la vaccine en quelque sorte, la plante est avertie qu'elle est attaquée par une maladie et un système de défense immunitaire se met en place, qui peut durer plusieurs semaines...la plante peut être protégée contre une attaque de champignons par exemple. La molécule stimule la capacité de percevoir les signaux qui viennent de l'agent qui attaque, tous les organismes la possèdent et elle est nécessaire pour mettre en place cette première barrière de surveillance.

Commenter cet article