Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Faut-il tuer les renards ?

Publié le par Fanch

renard-mue.jpg

Cette photo provient du site FAAXAAL qui offre des contenus libres pour vos sites. FAAXAAL est une émanation de KRISS NATURE

Tout le monde connaît cet animal magnifique, manifestant une capacité d’adaptation hors du commun. Dans ses fables Jean de la Fontaine célèbre son caractère rusé mais d’autres voient en lui un animal sournois et tueur de poules, accusé aussi d’être le principal vecteur de la rage.

L'ASPAS (Association pour la protection des animaux sauvages) a pour objectif de  mieux faire connaître ce mammifère sauvage, et améliorer son statut juridique en faisant valoir son rôle utile pour le faire déclasser de la liste nationale des “animaux nuisibles ”et ainsi “tordre le cou” à quelques idées reçues, croyances ou contre vérités que les détracteurs des renards s'activent à répandre.

“Le syndrome du bouc émissaire”
Sous ce titre J. Launay précise dans “La revue nationale de la chasse” d’octobre 1990:“en détruisant des milliers de petits rongeurs, le renard est un allié précieux pour l’agriculteur”.

Deux spécialistes de la biologie du renard, C. Rivals (Université de Toulouse) et M. Artois (Laboratoire d’Etudes sur la pathologie des animaux sauvages de Malzéville), exposent les conclusions auxquelles ils sont parvenus:
Depuis toujours le renard est considéré comme un nuisible. Cette opinion est maintenant battue en brèche grâce aux études des zoologistes et éthologues: chaque renard est le destructeur de quelques milliers de rongeurs par an, particulièrement nuisibles, et de quelques lapins et volatiles le plus souvent maladroits ou malades. Dans l’équilibre du milieu, il participe donc tout naturellement à la lutte pour la vie, à la sélection des meilleurs et à l’élimination des faibles, des malades et des morts, évitant pullulation ou épidémies. Ce rôle de "policier sanitaire" a été maintes fois souligné, y compris par les plus grands chasseurs.
Bulletin de l’institut National de Recherche Agronomique (INRA) n° 29, décembre 1996.

Alors messieurs les chasseurs LAISSER LES VIVRE

Commenter cet article